Liberté pour Marcelo Rivera

Depuis le 8 décembre 2009, un syndicaliste étudiant équatorien, Marcelo Rivera est détenu en prison pour une

soi-disant « Agression terroriste à l’encontre d’un fonctionnaire d’État ». Président de la plus grande organisation étudiante équatorienne, la FEUE, Marcelo Rivera est un étudiant qui s’est toujours battu pour la gratuité de l’éducation, la démocratie au sein de tous les établissements, la laïcité, et contre la privatisation du système scolaire. Autant de combats syndicaux et politiques qui sont aussi les nôtres.

Le 25 octobre 2010, Marcelo Rivera a été condamné pour une peine de 3 ans d’emprisonnement ainsi qu’une amende de 298 665 $ de dommages et intérêts pour avoir été le leader de la manifestation organisée le 8 décembre 2009 contre des réformes qui menacent l’enseignement supérieur équatorien. Des violences avaient éclaté dans le campus de l’Université Centrale et le recteur de l’Université; Édgar Samaniego avait été agressé. Trois étudiants sont arrêtés, dont Marcelo Rivera pour cette agression. Or, de plusieurs caméras sur place à ce jour, aucun ne montre Marcelo sur place. Ce dernier était à ce moment même dans les bâtiments loin du lieu de l’agression et plusieurs témoignages sont concordants sur ce point.

Les deux autres étudiants qui avaient été arrêtés sont libérés faute de preuve, cependant, Marcelo Rivera reste arbitrairement toujours incarcéré. Président du plus grand syndicat étudiant équatorien, leader incontesté et médiatique du mouvement étudiant, cette criminalisation de Marcelo montre que le président Rafael Correa souhaite réprimer le mouvement social. Il faut rappeler que ce président avait été élu avec le soutien de toute la population de gauche sur un programme progressiste, mais qu’il a peu à peu tourné le dos aux couches populaires. Depuis plusieurs années il est de plus en plus contesté par les travailleurs, les paysans, les syndicats, les couches moyennes et à chaque fois ces derniers se retrouvent face à des répressions policières de plus en plus violentes. Dans ce contexte, il est évident le procès de Marcelo est un procès politique intenté contre un leader syndicaliste pour tenter d’étouffer et affaiblir un mouvement étudiant.

Aujourd’hui, aucun étudiant ne peut être retenu derrière des barreaux pour avoir revendiqué une éducation gratuite et un service public de qualité. C’est pourquoi DIDF-Jeunes appelle l’ensemble des organisations progressistes, démocratiques, de gauche française, ainsi que tous les syndicats lycéens, étudiants et enseignants à exiger la libération de Marcelo Rivera et à se joindre au comité de soutien pour sa libération. Cette libération devrait être un premier pas pour le début de la participation des étudiants, ainsi que de la FEUE, à l’élaboration de la nouvelle réforme des universités.

Nous nous engageons à faire échos de cette grande injustice en France.

Bureau national de DIDF-Jeunes

 

Télécharger le communiqué de presse en .PDF
Blog du comité de soutien à Marcelo Rivera