Nous saluons la résistance héroïque du peuple kurde

10175048_1468331413449203_2152136899669013228_n

 Nous saluons la résistance héroïque du peuple kurde contre la barbarie de Daesh

Les membres de la Coalition sont les premiers responsables de l’émergence et du dynamisme du Daesh
Le groupe terroriste et réactionnaire appelé Daesh sème depuis plusieurs mois la terreur en Irak et en Syrie. Au-delà des images choquantes de décapitations, c’est un groupe terroriste qui veut amener l’Humanité à l’ère du Moyen-âge. Il faut certes le combattre, mais l’éradiquer définitivement nécessite également de s’attaquer d’une part aux forces politiques qui les ont armés et formés, d’autres part aux situations politiques, économiques et sociales de la région qui leur permettent de se développer très rapidement. Or, le Daesh a été financé et armé pendant très longtemps par les Monarchies du Golfe, mais aussi par la Turquie, avec la complicité à peine tacite de l’Occident. Joe Biden reconnaissait publiquement il y a à peine quelques jours que le Daesh était bien armé par des pays de la coalition. Autrement dit, ceux qui sont engagés aujourd’hui dans la Coalition dirigée par les USA pour bombarder cette organisation criminelle sont les premiers responsables de son émergence et de son développement au nom de la lutte contre Bachar El-Essad. Ils portent également une lourde responsabilité dans l’émergence de cette organisation moyenâgeuse qui se nourrie des guerres, des interventions militaires impérialistes menées dans la région par l’Occident depuis deux décennies. En effet, depuis la première guerre du Golfe, les impérialistes, à commencer par les USA, mènent une politique de guerre perpétuelle au nom de la lutte contre le terrorisme, or le résultat, c’est que les terroristes n’ont jamais été aussi puissants qu’aujourd’hui. En effet, ces guerres réactionnaires à côté d’avoir provoqué la mort des centaines de milliers d’innocents, n’ont fait que nourrir le communautarisme, le nationalisme exacerbé, la crispation et l’animosité entre des peuples vivant en harmonie depuis des siècles. Ce qui en échange n’a fait qu’émerger, développer et légitimer des organisations terroristes. C’est au nom de la lutte contre l’Iran, la Syrie, Hezbollah (des pays chiites) que l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie ont armé et financé les groupes sunnites, y compris les plus radicaux tels que le Daesh. C’est également au nom d’une lutte contre les Kurdes que la Turquie a accueilli ces terroristes sur son territoire pour les armer, les formes et les soigner. C’est également au nom d’une politique de remodelage de la région pour ses propres intérêts, tout en affaiblissant les rivaux, à commencer par la Russie, que les USA, mais aussi l’Europe, ont encouragé ou tout simplement laissé faire ces pays alliés.

Ils peuvent aujourd’hui les bombarder, mais ils portent définitivement la responsabilité première de la dégradation de la situation dans la région et du dynamisme de Daesh. Alors, ce n’est pas les forces de la Coalition qui peuvent éradiquer cette organisation, mais les peuples qui vivent dans la région et qui aspirent à la Liberté. D’autant plus que des visées géostratégiques des impérialistes commencent de plus en plus à s’exprimer publiquement.

 Les Kurdes sont en avant front de la lutte pour la Démocratie
Le peuple kurde est l’un des peuples parmi les plus anciens de la région, mais la politique impérialiste des vainqueurs de la 1re Guerre mondiale a divisé celui-ci en 4 États distincts. Il s’agit d’un peuple qui lutte depuis presque un siècle pour le droit le plus légitime d’exister, mais aussi pour son autonomie tout en défendant constamment les valeurs démocratiques. En 1991, ils ont pu proclamer une région autonome au nord de l’Irak et il y a trois ans, c’est une autre région au nord de la Syrie qui a pu conquérir son autonomie. Il s’agit d’une autonomie démocratique et laïque qui lutte aussi bien contre Bachar que contre le Daesh. Depuis trois semaines, cette organisation sanguinaire a concentré toute sa force de frappe contre cette autonomie kurde. Les forces militaires kurdes (le PYD et le PKK) résistent courageusement dans la région de Kobané avec des faibles moyens militaires qu’ils disposent. Cette résistance dans cette ville au nord de la Syrie est devenue aujourd’hui le symbole de la lutte des peuples qui veulent dans la région la démocratie, la laïcité et une vie libre. Mais il s’agit aussi d’un verrou déterminant devant l’expansion de Daesh sur tout le nord de la Syrie. Or, non seulement la coalition n’aide pas ces forces réellement démocratiques et seuls capables de refouler le Daesh, mais bien au contraire la Turquie, qui fait également partie de cette coalition, empêche même par des moyens militaires les Kurdes à rassembler toutes leurs forces dans cette résistance. La raison de ce comportement suicidaire, qui ne fait qu’encourager le Daesh, est extrêmement déconcertante pour toute personne attachée aux valeurs de la Démocratie et de la Liberté : le PKK est sur la liste des organisations terroristes des USA et de la Turquie. Outre le fait que cette liste est complètement obsolète puisque de nombreuses organisations sunnites qui ont fait allégeance au Daesh n’y sont toujours pas, le PYD et le PKK ont prouvé définitivement aux peuples de la région victimes de la barbarie du groupe islamiste que dans cette résistance ils sont du côté de la Démocratie et de la Liberté.

Nous appelons à soutenir partout la résistance des Kurdes
Les forces démocratiques de gauche en Turquie ont lancé cette nuit un appel à manifester partout en Turquie et en Europe pour Kobané qui résistent depuis 23 jours contre le Daesh. Le Daesh est entré hier dans cette ville en plantant son drapeau et continue de massacrer des civils kurdes. En Europe, les forces progressistes de gauche se mobilisent actuellement. En Suède, les kurdes sont entrés dans le parlement. En France, à Roissy-Charles-de-Gaulle, des jeunes ont empêché deux vols de partir. Et la place devant l’Assemblée nationale à Paris est actuellement occupée par des centaines de personnes dont le nombre continue de croitre à chaque heure. Nous dénonçons le silence des médias, il faut alerter l’opinion publique. Nous appelons à soutenir partout la résistance des Kurdes de Kobané, à dénoncer la duplicité de la Turquie et le silence de la coalition internationale face à ce massacre.

Fait à Paris, le 07 octobre 2014

DIDF & DIDF-Jeunes