Halte au massacre du peuple kurde

TURKEY-UNREST-POLITICS

Halte au massacre du peuple kurde

 La question kurde doit être résolue démocratiquement et pacifiquement

Depuis des jours les habitants de Lice, un district de la province de Diyarbakir, mènent une résistance pour l’arrêt du projet de construction de nouveaux postes militaires, et s’engage véritablement dans le processus de paix. La tension est vite montée après la mort, samedi 7 juin, de deux manifestants kurdes tués par balles par des gendarmes, Ramazan Baran (24 ans) et Baki Akdemir (50 ans), dans des affrontements lorsque les forces de sécurité ont tenté de déloger des centaines de personnes mobilisées contre la construction d’une caserne militaire près de Lice. Des manifestations ont également eu lieu dans plusieurs villes, dimanche, le chantier d’une autre caserne militaire a été incendié dans la région de Dersim. Déjà en juin 2013, à Lice un jeune avait été tué lorsque l’armée avait tiré pour disperser les manifestants venus protester l’agrandissement d’un camp militaire.

Depuis le début de la période de trêves décrétée en 2013 entre l’armée turque et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), le gouvernement n’a fait aucun pas en avant et à continuer d’appliquer sa politique de tension envers le peuple kurde. Le gouvernement maintient son double jeu dans lequel d’un côté il se montre engagé dans des négociations politiques et de l’autre côté il persiste dans sa course à l’armement, et continue avec persistance la construction de casernes militaires et des barrages. En 2013, plus de 320 casernes militaires ont été érigées dans les régions kurdes dépassant ainsi les 1500. Pourquoi le gouvernement continue-t-il de construire des casernes militaires au Kurdistan si il veut, comme il le prétend, apporter la paix au pays ?

Le premier ministre, Erdogan, continue de considérer toutes revendications des droits et libertés comme un coup d’état venant de l’opposition, et continue de voir la question kurde comme un problème de sécurité intérieure. Tandis que les revendications pour la résolution du problème kurde sont très claires, le gouvernement continue de faire la sourde oreille et ne fait aucun pas en faveur de la résolution du conflit et n’hésite pas à continuer à massacrer et gazer le peuple qui utilise leur droit démocratique le plus élémentaire à manifester.

La Turquie a besoin d’urgence de se démocratiser et le gouvernement doit cesser immédiatement la répression par la force, par le langage de la guerre envers le peuple kurde. Il doit cesser immédiatement la construction de barrages et de casernes militaires.

Nous condamnons le massacre de Lice. Les responsables du gouvernement doivent rendre des comptes. Une fois de plus le véritable visage du gouvernement AKP a été exposé. Il est clair que celui-ci n’a aucune volonté de résoudre démocratiquement et pacifiquement la question kurde. Nous appelons l’ensemble des démocrates, des personnes qui luttent pour un monde meilleur, l’ensemble des organisations qui luttent pour les droits et les libertés à exprimer leur colère et leur indignation contre ce gouvernement réactionnaire et le massacre de Lice, nous appelons l’ensemble de la population à la solidarité avec les revendications démocratiques du peuple kurde.

Fait à Paris, le 10 juin 2014

DIDF & DIDF-Jeunes