Non à l’intervention militaire en Syrie !

1236478_10151829480840272_1585368853_n

L’évolution de la situation en Syrie depuis quelques jours et les différentes déclarations des pays occidentaux, à commencer par les USA, le Royaume-Uni et la France, laissent présager une intervention militaire en Syrie. Les différentes déclarations montrent qu’il s’agirait probablement des opérations aériennes de bombardements ciblés afin de déstabiliser le régime syrien, dans un moment où ce dernier a consolidé ses positions.

Il y a eu « l’utilisation d’armes chimiques » contre la population et les Occidentaux souhaitent « punir » Bachar Al Assad. Avant même que l’enquête des Nations-Unies soit terminée, voilà l’ennemi déclaré. Or, cette guerre qui a fait plus de 100 000 morts depuis le début n’a jamais été dans l’objectif de « démocratiser le pays », sinon pourquoi armer les djihadistes terroristes qui tuent, massacrent et pillent également toute la population ? Quelles leçons de démocratie peuvent donner la Turquie, l’Israël, l’Arabie Saoudite, le Qatar etc. qui « défendent » une soi-disant démocratisation de la Syrie, mais qui oppriment irréfutablement leurs propres peuples ? Par ailleurs, n’avons-nous pas déjà entendu ces arguments sur la démocratie et les armes de destructions massives dans le cas d’Afghanistan, de l’Irak, etc.… ? Que le régime de Bachar soit une dictature qui opprime son peuple est une évidence, mais la démocratie ne peut se construire que par une dynamique interne. Or, justement c’est parce qu’il n’y pas de dynamique syrienne capable de renverser le régime que les Occidentaux veulent déstabiliser le régime.

C’est toute la région qui sera déstabilisée

Après avoir affirmé son opposition à l’intervention des Occidentaux, la Russie a affirmé catégoriquement que celle-ci aura des conséquences « catastrophiques ». L’Iran, de son côté, a affirmé qu’il est prêt à défendre son allié. D’un autre côté, la Turquie semble être plus « royaliste que le roi » et exprime ses désirs bellicistes depuis le début. Après avoir déclaré la guerre contre son peuple, le gouvernement réactionnaire AKP souhaite déclarer la guerre à un autre peuple. Non seulement AKP va permettre l’utilisation du territoire du pays pour les bombardements aériens, mais de surcroit, le gouvernement turc souhaite intervenir au sol pour écraser l’autonomie démocratique kurde qui s’est formée au nord de la Syrie. Encore une fois, si l’objectif des Occidentaux était réellement d’instaurer la démocratie, on ne pouvait que se réjouir et soutenir l’instauration d’une autonomie démocratique du peuple kurde qui s’est justement libéré par ses propres moyens du joug de la dictature du régime de Bassar. Or, les Kurdes au nord de la Syrie sont attaqués et massacrés dans cette région par les djihadistes affiliés à Al-Qaïda, justement par des armes lourdes qu’ils n’ont pas pu trouver tous seuls.

DIDF et DIDF-Jeunes condamnent fermement l’utilisation des armes chimiques contre le peuple syrien.

DIDF et DIDF-Jeunes refusent toute intervention militaire en Syrie qui provoquera encore plus de dégâts humains et matériels, et qui plongera la Syrie dans une guerre civile interminable. Une telle intervention militaire pourra immanquablement embraser toute cette région.

DIDF et DIDF-Jeunes appellent les organisations progressistes à former assez rapidement une coordination pour organiser une lutte commune contre cette intervention militaire.

RDV, le 29 aout à 18h30 sur la place de la fontaine des Innocents à Châtelet (Paris)