Pour une retraite à 60 ans et à taux plein mobilisons-nous !

1016124_10151523362430765_275288074_n

Pour une retraite à 60 ans et à taux plein mobilisons-nous !

« Quand on vit plus longtemps, on est capable de travailler plus longtemps » déclare-t-on à chaque fois qu’on prépare une attaque contre le système des retraites. Combien de fois ne l’avons-nous pas entendu dans la bouche de Sarkozy, Fillon, etc… Or, depuis plusieurs mois, on l’entend de plus en plus chez les membres du gouvernement socialiste. Il est évident que ce gouvernement prépare, comme les précédents, les esprits à une contre-réforme des retraites. Ça serait « pour sauver le système des retraites ! », nous dit-on. Mais déjà en 2003 Fillon disait la même chose et à chaque nouvelle attaque on nous rabâche les mêmes mensonges. Le gouvernement disait donc que la pérennité du système des retraites serait ainsi assurée. Ce qui n’est donc pas le cas. Une énième réforme des retraites est donc aussi une preuve irréfutable de leurs mensonges et l’inefficacité de leurs solutions. Trop c’est trop, ce sont toujours les couches populaires qui paient ; ce sont toujours les femmes qui supportent les inégalités et c’est toujours l’avenir des jeunes qui est sacrifié.

Nous les jeunes, nous avons notre mot à dire. Alors que les syndicats CGT, FO, SUD, FSU préparent une rentrée de mobilisations et de grève générale, la jeunesse doit se saisir de la question des retraites et se mobiliser aux côtés des travailleurs. Déjà en 2010, nous avions été nombreux à scander : « Retraites à 60 ans et à taux plein ! ». Ce que nous avons dit hier contre le gouvernement de Sarkozy, nous continuerons de le dire contre le gouvernement de Hollande, car tout comme le premier celui-ci reste dans une logique ultralibérale. Aujourd’hui, le gouvernement au pouvoir se plie aux volontés de la finance qu’il était censé combattre, et estime qu’il est nécessaire d’augmenter le temps de travail.

« Augmenter le temps de travail » : c’est d’ailleurs l’expression trop souvent utilisée par les libéraux. Si cette nouvelle réforme des retraites est une attaque contre les travailleurs, ce n’est pas étonnant qu’elle soit appréciée par les plus riches et le MEDEF. Depuis un certain temps déjà, une stigmatisation est trop souvent faite contre les travailleurs. Le travail est considéré comme un coût trop élevé qu’il faudrait réduire sans cesse : soit en réduisant les salaires, soit en augmentant le temps de travail. Le ministre du Travail, Michel Sapin a d’ailleurs affirmé qu’un allongement de la durée de cotisation est une mesure « évidente » pour réformer le système des retraites et qu’elle s’appliquerait « à tous les Français ». Or, ces mêmes responsables politiques savent pertinemment que si nous vivons plus longtemps et en meilleure santé, c’est justement parce que les victoires sociales nous ont permis de travailler moins longtemps. De plus, l’allongement de la durée de cotisation n’a fait qu’éloigner les jeunes générations du marché du travail et augmenter le chômage.

Dès lors, aucun jeune ne doit se laisser impressionner lorsqu’on lui dit qu’il est trop jeune encore et que la retraite est dans très longtemps. Cette réforme nous concerne quand on sait que 26% des jeunes actifs de 15-24 ans sont au chômage, et quand on nous dit que ceux qui sont déjà sur le marché du travail y resteront encore plus longtemps. Alors, oui la retraite est une affaire de jeunes et un choix de société. Et nous refusons de cette société qui impose la misère aux vieux, la galère aux jeunes.

Nous revendiquons l’augmentation des salaires et la baisse du temps de travail, le retour à une retraite à 60 ans et à taux plein avec 37,5 annuités de cotisations ainsi que le calcul des années d’études dans le système des retraites. Nous demandons que les années passées dans l’enseignement supérieur soient comptées dans les cotisations.

Nous appelons l’ensemble des jeunes à participer à la journée de mobilisations nationales qui aura lieu le 10 septembre pour l’emploi, les salaires et les retraites.

Le 26 août,
DIDF-Jeunes