Expulsion de militants jeunes communistes

vol-france-palestine

Dimanche dernier, une délégation de jeunes communistes décollait pour la Palestine et Israël. Comme chaque année, ce voyage de solidarité permet aux jeunes de découvrir la situation sur place et de mieux appréhender l’ensemble des problématiques en rencontrant des progressistes israéliens et palestiniens.

Mais pour trois d’entre eux, le voyage a tourné court. Dès leur arrivée à l’aéroport de Ben Gourion de Tel-Aviv, nos camarades ont été arrêtés puis interrogés en raison de leurs origines. Après treize heures d’interrogatoires et d’attente, lorsque les autorités militaires et douanières se sont aperçus qu’ils étaient militants communistes, la sentence ne s’est pas fait attendre.

Ils ne verront jamais la Palestine, et découvriront seulement le centre de rétention du côté israélien. Dès le lendemain, ils furent expulsés dans le premier avion direction Paris, escortés par les forces de police jusque dans l’avion, assortis d’une interdiction de revenir sur le territoire israélien. Les seules traces qu’ils laisseront sont les empreintes digitales que leur ont prises les autorités israéliennes…

Israël ou comment pratiquer l’arbitraire et le racisme d’État à grande échelle !

Ce qui est arrivé à nos trois camarades est malheureusement un fait divers dans la région.Tous les jours, des dizaines d’hommes et de femmes du monde entier sont expulsés en raison de leurs origines, leur religion ou de leur militantisme à l’aéroport. Ce racisme qu’il convient d’appeler racisme d’État, cette humiliation, cette logique sécuritaire, c’est ce que subissent quotidiennement des dizaines de milliers d’arabes Israéliens et les Palestiniens. Exprimer sa solidarité avec le peuple palestinien et au-delà avec tous les militants d’une paix juste et durable dans la région dépend du bon vouloir des autorités israéliennes puisque les Palestiniens n’ont même pas ce droit d’avoir un aéroport pour accueillir des ressortissants du monde entier…

Alors que des négociations très fragiles vont reprendre entre Palestiniens et Israéliens sous l’égide « d’un arbitre impartial » que sont les États-Unis d’Amérique, la politique coloniale et d’apartheid continue ses ravages sur place. Pour preuve, après avoir annoncé la libération de 104 prisonniers politiques palestiniens (qui ne pourront pas retourner chez eux par ailleurs), nous apprenons aujourd’hui qu’Israël annonce la construction de 900 logements de plus dans les colonies à Jérusalem-Est, s’ajoutant aux 1182 de la semaine dernière.

Au regard de l’obstination du gouvernement israélien, on ne peut qu’être dubitatif quand aux résultats des négociations sur la question du droit des Palestiniens à vivre dans un Etat libre et souverain.

Notre détermination à poursuivre le combat n’est en rien entamée, elle est renforcée !

Après la colère et l’indignation, viendra très rapidement celui de la demande d’explications.Dans les prochains jours, nous interpellerons notre ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, pour connaitre son avis sur l’expulsion de trois ressortissants français de l’État d’Israël sans raisons apparentes.

Notre détermination à mener le combat pour la liberté du peuple palestinien n’est en rien entamée. Partout en France, les milliers de jeunes communistes continueront d’animer la bataille en dénonçant les entreprises françaises qui font du commerce avec les colonies, en organisant des tournois de foot comme en juin dernier, ou encore des cinés-débats pour faire connaitre la situation sur place, en exigeant surtout de notre gouvernement qu’il reconnaisse unilatéralement enfin la Palestine comme un État. Liberté pour la Palestine, Libres Palestiniens !
La coordination nationale du MJCF et DIDF-Jeunes