Soutien aux peuples de Rojava

bqnrqw-ccaauh6q-66C4-780F-17E9

La communauté internationale ne peut rester silencieuse face aux
massacres des Kurdes au nord de la Syrie.

Depuis plusieurs semaines les combats entre les Kurdes, qui ont conquis leur
autonomie depuis plus d’un an, et les différents groupes terroristes affiliés à Al-
Qaïda, notamment Al-Nusra, ont pris une nouvelle forme. Après avoir subi de lourdes
pertes face aux combattants kurdes du YPG, les terroristes djihadistes, munis des
armes lourdes, ont enlevé plusieurs centaines de civils kurdes dans des villages de
la région d’Alep. Plusieurs dépouilles d’enfants, de femmes, de vieillards écharpés
ont été retrouvées dans la région. Ces terroristes liés à Al-Qaïda sont dans cette
région au nom d’une lutte contre Bachar Al-Assad, mais en réalité ils ne sont guidés
que par les massacres, les tortures et les crimes contre l’humanité. Ils doivent être
combattus pour ce qu’ils sont, c’est à dire des groupes terroristes.

L’hypocrisie funeste d’Ankara

Dès le début du conflit en Syrie, notamment à la suite du retrait de l’armée syrienne,
les Kurdes ont repris le contrôle le nord du pays et ont proclamé légitimement leur
autonomie. Afin de ne pas se retrouver avec deux autonomies kurdes à ses
frontières, le gouvernement turc finance, forme et arme des groupes terroristes liés à
Al-Qaïda. Tous les habitants de Hatay, particulièrement ceux de Reyhanli, au sud de
la Turquie à la frontière syrienne, voient tous les jours des centaines de djihadistes
rentrer facilement sur le territoire turc. Cette collusion de la part du gouvernement de
AKP est inacceptable.

Le silence de la communauté internationale est inadmissible

La France qui n’a pas hésité à intervenir au Mali au nom de la défense des civils n’a
même pas pris la peine de condamner ces massacres. L’Union Européenne, elle
aussi, est restée silencieuse et seule la Russie condamne dans un communiqué les
attaques visant les Kurdes. Or, il s’agit incontestablement des crimes contre les
populations civiles. La communauté internationale doit immédiatement réagir et
condamner ces barbaries.

DIDF Jeunes appelle les forces progressistes à réagir au plus vite pour stopper cesmassacres visant le peuple kurde.

DIDF Jeunes appelle la Turquie et son gouvernement à arrêter immédiatement les aides accordées à ces djihadistes terroristes.

DIDF Jeunes rappelle son attachement à l’unité des travailleurs et la solidarité des peuples.

À Paris, le 3 aout 2013