Multiplication d’arrestations d’étudiants en Turquie

RT_Erdogan

Depuis sa réélection lors des législatives de juin 2011, le gouvernement conservateur de Recep Tayip Erdogan mène une politique répressive à l’égard de l’ensemble de ses opposants politiques, et en particulier des militants des droits de l’Homme. Récemment, une étudiante française de l’université de Lyon 2, Sevil Sevilmi, a été arrêtée et a rejoint les quelques 800 étudiants et lycéens actuellement incarcérés. L’UNEF et DIDF-Jeunes s’associent au collectif Initiative de Soutien aux Etudiants Emprisonnés (TODI – Tutuklu Öğrencilerle Dayanışma İnisiyatifi) pour dénoncer les atteintes aux droits de l’Homme perpétrées par l’actuel gouvernement turc.

Les droits de l’Homme malmenés en Turquie

Depuis l’adoption de la loi anti-terroriste (Terörle Mücadele Kanunu) en 2006, la situation des militants pour les droits de l’Homme se dégrade en Turquie. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, le gouvernement procède en réalité à de très nombreuses arrestations de politiques ou de militants des droits de l’Homme et de défenseurs des droits des kurdes. Aujourd’hui ce sont près de 800 étudiants et lycéens qui se trouvent sous les verrous.

Face aux arrestations d’étudiants qui se multiplient en Turquie, l’UNEF et DIDF-Jeunes s’engagent aux cotés des jeunes engagés pour la défense des droits de l’Homme

Un collectif étudiant se mobilise aujourd’hui pour défendre les étudiants emprisonnés et pour que les arrestations politiques cessent. L’UNEF et DIDF-Jeunes apportent tout son soutient à ce collectif. Les étudiants ont toujours été les premiers défenseurs de l’Etat de droit et de la libre expression.

Le gouvernement français doit faire ce qu’il est en son pouvoir pour que les droits de Sevil Sevilmi, étudiante française soient garantis

En s’engageant aux cotés du TODI, l’UNEF et DIDF-Jeunes appellent également le gouvernement français à agir auprès de la ressortissante française étudiante à l’université de Lyon 2, aujourd’hui emprisonnée.

La France doit garantir que Sevil Sevilmi ne soit pas la cible d’une arrestation politique et d’une remise en cause du droit d’expression démocratique en Turquie.

L’UNEF et DIDF-Jeunes appellent ainsi, en soutient à Sevil Sevilmi à de l’ensemble des étudiants incarcérés, à un rassemblement Place du Châtelet samedi 16 juin à 14h.